Les gnocchis

Mamie faisait les gnocchis comme on se fait chauffer de l’eau pour le thé. Sans y penser. Elle disait : « J’ai des patates qui sont bonnes pour les gnocchis. »

Et elle sortait la planche. Une immense planche en bois sur laquelle elle faisait tout. Et moi, je piétinais d’impatience. C’était toujours trop long à cuire, les patates !

Mais quand elle les égouttait enfin, j’oubliais tout.

Chacune de nous savait ce qu’elle avait à faire, et comme à chaque fois, nous oeuvrions en silence. Pour moi, c’était le silence religieux de l’instant de grâce, ce privilège immense de faire avec elle, comme elle. Pour elle, c’était le silence des choses bien faites. Parce qu’elle n’a jamais rien fait autrement que pour bien le faire. Être pleine et entière à ce qu’on fait, c’est s’offrir à ceux pour qui on le fait. Et pour Mamie, rien ne comptait plus que cela.

Pour faire des gnocchis, il vous faut (pour 5-6 personnes) :

  • 1 kilo de pommes de terre vieilles
  • 400g de farine (prévoir de la farine en plus pour travailler les gnocchis)
  • 1 oeuf
  • 2 cuillères à café de sel
  • un plan de travail dégagé (ou une table)
  • un presse-purée ou moulin à légumes
  • un couteau et une fourchette
  • et toujours beaucoup d’amour.

Pour une première fois, je vous conseille de prévoir 2h de préparation, sans compter le temps de cuisson des pommes de terre (30 à 40 minutes selon la taille).

Plus vous en ferez souvent, moins cela vous prendra de temps, et vous finirez par les faire, comme Mamie, les yeux fermés !

Et voici le tuto, rien que pour vous !

C’est beaucoup plus facile et rapide que les raviolis, alors faites-vous plaisir, et accessoirement, faites plaisir à ceux avec qui vous les mangerez !

Pour la sauce de Mamie, il vous faut :

  • 2 litres de coulis ou de pulpe de tomates (si possible du jardin…)
  • 1 oignon haché… et éventuellement une gousse d’ail
  • du sel
  • du poivre
  • du sucre (blanc)
  • une bonne dose d’huile d’olive… et éventuellement une belle noisette de beurre
  • Un bouquet garni (laurier, sauge, thym, romarin)
  • De l’origan (une belle cuillère à soupe)

Comment faire ? Facile :

  1. Faites revenir l’oignon (et l’ail) dans une généreuse dose d’huile d’olive et une belle noisette de beurre (Il faut que les oignons baignent dedans, pas qu’ils pataugent…).
  2. Quand l’oignon (et l’ail) est bien doré, baissez un peu le feu et ajoutez la tomate (gare aux éclaboussures !)
  3. Ajoutez votre bouquet garni, l’origan, le sel, le poivre et un peu de sucre blanc (en morceaux ou en poudre) pour casser l’acidité de la tomate.
    Remarque : si les tomates sont du jardin, elles sont généralement peu acides. Mamie ne mettait qu’un seul sucre pour une énorme marmite… Mais celles que l’on trouve dans le commerce (et surtout celles qui sont déjà en conserve) sont généralement bien moins douces… Pour savoir si c’est encore trop acide, il n’y a pas 36 solutions… IL FAUT GOÛTER !
  4. Laissez mijoter à feu doux pendant 4 heures, en prenant soin de remuer régulièrement. Si vous constatez que cela accroche, c’est que votre feu est trop fort.
  5. Servez ou laissez refroidir et congelez ! Il est toujours utile d’en avoir en réserve !

3 réflexions sur “Les gnocchis

    • Bovari dit :

      Quels beaux textes empreints de nostalgie et de poésie. C’est un plaisir de te lire. Je replonge quand j’étais moi aussi chez ma grand-mère. Sa spécialité c’était les petites pommes de terre grenaille revenues dans une marmite noire et du lait de poule. Merci pour ces madeleines… Christine

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s