Inauguration

INAUGURATION       Et veille la douceur au visage terrestre Premier Vierge de douleur Pourtant creusé de tous les reliefs, réels et incréés Et toile au fond l’araignée du devoir L’Ariane en bannière, affiliée aux lumières de demain - Un flocon pour patron, l’ouvrière se surpasse - L’art se mandibule et explose Et rouille … Lire la suite Inauguration

Eau de lune

Quelques mots en souvenir des balades poétiques d'Aiglun...     Dans l’intimité de ta roche, nous blottirons les mots   Rituel de passage pour gagner ton secret Je dépose le trivial à ton orée   In naturalibus Je m’exode et m’avance Je te le dois Comme cette vérité escarpée que tu exhibes, mammaire Ecueillant à … Lire la suite Eau de lune

Fruit

Parce que la poésie, c'est la vie...        Fleur   Je suis le fruit d’une généalogie déflorée dans la plus grande pudeur protocolaire. Corollaire d’hyménée, je bulbe à la sève ombilicale et m’embryonne à la patience enflée de mon horizon amniotique. Mon éclosion délicate ne se peut qu’au plus silencieux de la nuit, … Lire la suite Fruit

Ce qui ne se tait pas

En attendant la suite de la nouvelle en cours, un peu de poésie dans ce monde de brutes !   Raconte-moi le monde comme tu le sais, comme il se grave à ton derme, incruste tes rêves, bouleverse ton présent Apprends-moi sa révolution lente et son axe arbitraire - le sifflet à tes lèvres - … Lire la suite Ce qui ne se tait pas

Je rentre chez toi

Quelques mots d'introduction sont nécessaires ici. Pour celles et ceux qui attendent l'épisode 10 de la nouvelle en cours, ne vous inquiétez pas, il est prévu,  je m'y remets dès cette semaine. Vous l'aurez sans doute pour le week-end prochain. 😉 😀 En ce qui concerne la publication du jour... Je sais que j'ai déjà … Lire la suite Je rentre chez toi

Poétique de l'assouvissement

    Dans ma tête. Il faut être honnête avec soi, et je sais très bien que tout est dans ma tête... mais pas seulement. Mon corps tout entier s'est plié à ce que mes yeux ne peuvent voir, ce que ma bouche ne peut goûter, ce qui manque à ma peau. C'est étourdissant, violemment … Lire la suite Poétique de l'assouvissement

Champ du consentement (Faim du paradoxe)

Champ du consentement (Faim du paradoxe) S’écrire dans le possible, non dans la détermination, car toute volonté est œillère au champ de demain. Pressentir le potentiel pour ne pas s’exclure, c’est là une forme authentique du destin, celui que l’on épouse dans la lumière, sous le regard bienveillant de l’univers qui consent. Pour ce faire, … Lire la suite Champ du consentement (Faim du paradoxe)

Autour, loin…

  La soirée est douce. Juste assez pour oublier un instant les lourdeurs de l’été. L’air ne caresse pas, il berce. Je ne m’assois pas pour trouver le repos, seulement pour écouter, sentir, me rappeler. Autour les cigales ne dissimulent pas le crépuscule. Autour, le jasmin mêle ses effluves à la chaleur des dalles de … Lire la suite Autour, loin…

D'un battement d'elle

A la belle personne Sa chambre, son refuge, mon asile cette nuit. L’ambiance est feutrée, délicieusement alanguie, rythmée par le souffle léger de sa respiration sommeillante. Tout à l’heure, elle s’endormait sur mon épaule. Grisante sensation de bien-être. Comme dans ces moments où on a la certitude d’être au bon endroit, au bon moment. Depuis, … Lire la suite D'un battement d'elle

A dessein (poésie érotique d'une lesbienne obsessionnelle)

À  DESSEIN Par les vallées d’obsidienne, Jumellement ceintes, Muettes de tiédeur, anesthésiées Je promène Mes mains sur ta blanche pellicule Transparent ma trace Résiduelle, attrayant à dessein Tes follicules comestibles. Tes particules élémentaires S’amoncellent, fondamentales En mouvances Tranquilles, Hypnotiques, Vagues létales de clepsydres : De mes notes en tes tons Je suis captive et m’aventure. J’effleure, … Lire la suite A dessein (poésie érotique d'une lesbienne obsessionnelle)